Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Évaluation de l’impact sanitaire de l’exposition aux ultraviolets délivrés par les appareils de bronzage artificiel sur le mélanome cutané - Medecine / Foxoo
Local-events / Vos évènements relayés sur Twitter GUIDE   SUIVRE
Ma ville   Mes évènements   Annoncer un évènement
Source : #23710 Publié le 24/05/12 | Vues : 39

Évaluation de l’impact sanitaire de l’exposition aux ultraviolets délivrés par les appareils de bronzage artificiel sur le mélanome cutané / Medecine


Evaluation de l'impact sanitaire de l'exposition aux ultraviolets délivrés par les appareils de bronzage artificiel sur le mélanome cutané en France est une étude réalisée par Mathieu Boniol, Florence Coignard, Blandine Vacquier, Tarik Benmarhnia, Julie Gaillot-de Saintignon, Alain Le Tertre, Jean-François Doré et Pascal Empereur-Bissonnet, publiée dans le BEH n°18-19, en mai 2012. En juillet 2009, le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) a classé l'ensemble du spectre UV (UVA, UVB, UVC) ainsi que les appareils de bronzage comme « cancérogène certain pour l'Homme » (groupe 1). Ce classement a fait suite à de nouveaux résultats épidémiologiques et biologiques permettant d'établir la causalité entre exposition et survenue de cancer cutanés. Notamment, une méta-analyse publiée en 2006 montrait une augmentation significative du risque de mélanome cutané associé à l'utilisation de cabines de bronzage, avec un risque relatif (RR) de 1,15 (intervalle de confiance à 95%, IC95% : 1,00-1,31).

Ce risque était d'autant plus élevé que la première exposition survenait avant l'âge de 35 ans (RR=1,75 ; IC95% : 1,35-2,26). Le mélanome cutané fait partie des cancers qui ont connu la plus forte augmentation d'incidence et de mortalité depuis 1980 en France, notamment chez les jeunes adultes. Si l'usage des cabines de bronzage s'est répandu depuis les années 1980 dans le nord de l'Europe et aux Etats-Unis, la France était à cette époque peu utilisatrice de ces appareils. Aujourd'hui, l'usage des UV artificiels à visée esthétique s'est démocratisé et cette pratique est en plein développement, y compris dans des pays à fort ensoleillement comme l'Australie.

Téléchargez le dossier complet sur le Bulletin épidémiologique hebdomadaire n° 18-19, mai 2012


En savoir plus
Partager :
Facebook