Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Traitement médical de l'impuissance sexuelle... impuissance érectile - Medecine / FOXOO

Partagez > Facebook Google LinkedIn StumbleUpon StumbleUpon Email Mémorisez >
Publié le 16/04/09 | Vues : 816


Traitement médical de l'impuissance sexuelle... impuissance érectile / Medecine


Il faut dans un premier temps différencier l’impuissance sexuelle de la chute de la libido (perte du désir sexuel) qui relèvera généralement d’un traitement spécifique à base de testostérone.

L'impuissance sexuelle correspond à une perte ou une diminution de l'érection.

L’impuissance sexuelle peut à ce jour être traitée ou améliorée par des traitements médicamenteux représentés par la famille des inhibiteurs de la phosphodiestérase 5 (IPDE 5).

Les 3 médicaments de l'impuissance sexuelle actuellement sur le marché sont le Viagra*, le Levitra* et le Cialis*. Ce dernier a l’avantage d’avoir une action plus prolongée mais aussi l’inconvénient d’avoir un délai d’action plus retardé.

Ce sont des traitements efficaces dans près de 80% des cas mais nécessitant tout de même une anticipation de l’acte sexuel.

Ces médicaments contre l'impuissance sexuelle n’ont que peu de contre-indications : la seule est l’utilisation simultanée de dérivés nitrés utilisés dans l’insuffisance coronarienne. Un délai d’interruption de vingt quatre heures (Lévitra et Viagra) à quarante huit heures (Cialis) est nécessaire.

Quelques effets secondaires sont peu fréquents comme la vision bleutée (Viagra), des lombalgies (Cialis) ; plus habituels sont les symptômes liés à l’action vasodilatatrice comme la rougeur du visage ou les maux de tête. Ces symptômes souvent modérés ne doivent pas conduire à l’arrêt du traitement.

Ces médicaments ne sont pas pris en charge par l’assurance maladie.

Ces traitements peuvent être instaurés par le médecin généraliste à condition de respecter le délai de six mois avant de parler d’une véritable impuissance sexuelle et à bien différencier cette impuissance d’une perte de la libido qui répondra à d’autres causes et à d’autres traitements.