Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

La Ministre des affaires sociales et de la santé confirme l’intérêt d’un Institut de cancérologie en Bretagne Occidentale - Medecine / Foxoo
Local-events / Vos évènements relayés sur Twitter GUIDE   SUIVRE
Ma ville   Mes évènements   Annoncer un évènement
Source : #20524 Publié le 13/09/12 | Vues : 74

La Ministre des affaires sociales et de la santé confirme l’intérêt d’un Institut de cancérologie en Bretagne Occidentale / Medecine


Une décision de la Ministre de la Santé décisive pour la santé dans le Finistère Par une décision publiée au Journal Officiel du 11 août 2012, Marisol Touraine, Ministre des affaires sociales et de la santé a conforté le projet d'Institut de Cancérologie de Bretagne Occidentale développé par le CHRU de Brest, le CHIC de Quimper et la clinique Pasteur-Lanroze de Brest. Sollicitée par François Cuillandre, maire de Brest, et Bernard Poignant, maire de Quimper, qui soutiennent dès l'origine la création de cet institut, avec l'aval de l'Agence Régionale de Santé de Bretagne, dossier observé avec intérêt, jusqu'au niveau national, par son caractère exemplaire, par tous ceux se préoccupent de la lutte contre le cancer et de santé publique, Marisol Touraine a en effet rejeté une demande contraire du groupe Védici, propriétaire de la clinique à but lucratif Keraudren à Brest.

Cette décision de rejet intervient après les avis, tous identiques, de plusieurs instances, tant régionales que nationales. Elle conforte la décision prise par l'Agence Régionale de Santé de Bretagne, elle correspond, par ailleurs, aux termes même du Projet Régional de Santé. La demande de la clinique commerciale de transférer l'activité de radiothérapie libérale installée sur le site de la Clinique Pasteur vers Keraudren conduisait à la dispersion des moyens nécessaires à la création d'un centre de lutte contre le cancer intégré. Le développement de l'Institut de Cancérologie de Bretagne Occidentale, qui doit porter l'évolution des techniques, le progrès médical, le progrès des traitements, les découvertes de nouvelles molécules, les organisations innovantes, bénéficiant à l'ensemble de la population de l'Ouest de la Bretagne, tant au Nord qu'au Sud du Finistère, en aurait très contrarié.


Face à des indicateurs de santé plus défavorables, un projet ambitieux s'impose
La synergie des équipes, le regroupement des compétences au sein d'équipes communes exerçant sur les deux sites finistériens, l'effet taille ainsi constitué, sont des éléments déterminants pour arriver aux meilleurs niveaux de soins, au développement les techniques les plus modernes, à une accélération de la recherche médicale, par le renforcement et la mise en commun des équipes pour utiliser les traitements les plus innovants, tant en radiothérapie qu'en chimiothérapie, par les équipements les plus modernes acquis par le groupement de coopération constitué entre les établissements. François Cuillandre et Bernard Poignant, en rappelant dans le courrier à la Ministre la situation difficile de la population du Finistère, particulièrement frappée par les pathologies cancéreuses, ont ainsi confirmé, un an après leur première démarche commune, leur volonté de voir aboutir au plus vite ce dossier. L'encouragement ainsi apporté aux directions des établissements, aux équipes médicales engagées dans ce projet réaliste, indispensable, mais ambitieux permettra d'aboutir dans les prochaines semaines, dans les mois qui viennent à des réalisations concrètes.


Un soutien objectif de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, dans la cohérence des orientations présentées le 9 septembre « Pacte de confiance pour l'hôpital ». La décision de la Ministre, la réponse positive apportée à la démarche de Bernard Poignant et François Cuillandre, sont de fait un soutien objectif, clair, au projet porté par le CHRU de Brest, le CHIC de Quimper et la clinique Pasteur-Lanroze de Brest, naturellement ouvert aux praticiens libéraux. Présentant le « Pacte de confiance pour l'hôpital », rappelant que « la santé n'est pas un marché », Marisol Touraine a rappelé le 9 septembre sa conception de l'hôpital public, « épine dorsale du système de soins ». Cette décision en est l'illustration.

Rappel : L'Institut de cancérologie de Bretagne Occidentale
L'Institut de Cancérologie de Bretagne Occidentale répond à un enjeu majeur de santé publique dans des territoires où les indicateurs de santé sont en matière de cancer particulièrement défavorables. Il construit pour la population de Bretagne occidentale une réponse cohérente et articulée entre l'ensemble des sites et des disciplines participant au traitement du cancer, en association avec tous les professionnels volontaires (médecine de ville, réseaux et associations).

Dès 2011, le CHRU de Brest et le CHIC de Quimper structuraient l'axe public de la coopération, à travers le maintien d'une filière publique en oncologie et radiothérapie au CHIC de Quimper à destination des patients du Sud Finistère. La coopération publique s'est élargie rapidement à la Clinique Pasteur-Lanroze (groupe VIVALTO-Santé), à travers un partenariat visant la création d'un site intégré public-privé brestois, sur le site de Morvan du CHRU de Brest, regroupant dans une unité de lieu et de temps l'oncologie, la radiothérapie les soins de support des deux filières publique et privée, avec pour principe de maintenir strictement le libre choix du patient. L'Institut de cancérologie de Bretagne occidentale s'appuie sur des synergies entre disciplines en faveur du patient, sur la possibilité de plateaux techniques de pointe financés par des capacités communes d'investissement. Il est une réponse aux enjeux de démographie médicale et de sécuriser le cadre d'exercice de chacune des filières, tant sur les sites de référence qu'en proximité. En ce sens, l'ICBO, en tant que marqueur et gage de la recherche constante de qualité et de sécurité, constituera un outil d'attractivité pour l'ensemble des partenaires. L'Institut permettra par ailleurs l'accès des patients aux protocoles de recherche et aux molécules innovantes, afin d'améliorer les résultats en matière de lutte contre le cancer.

Dès à présent, la création de l'ICBO permet le maintien d'une activité constante de radiothérapie, par la constitution d'une équipe commune de radiothérapeutes, entre Brest et Quimper. Dans un avenir proche, par l'acquisition des matériels les plus innovants les soins de radiothérapie à Brest et à Quimper, elle augmentera l'efficacité des équipements déjà parmi les plus modernes, elle confortera la recherche médicale ou le CHRU de Brest est aujourd'hui parmi les meilleurs, elle suscitera la venue des professionnels de très haut niveau que la qualité des équipements, l'organisation intégrée convaincra de rejoindre des équipes dynamiques de l'ICBO, en oncologie médicale, en chirurgie du cancer comme en radiothérapie. La coopération entre les trois établissements, avec les réseaux de soins du Nord et du Sud Finistère, avec tous les professionnels, avec les autres établissements autorisera rapidement des dispensations médicamenteuses au plus près des lieux de vie des malades, sur tout le territoire.

*Le soutien de la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé est exemplaire de la démarche du Gouvernement, en faveur d'une médecine de proximité, de qualité, de haut niveau, portée par un Service Public Hospitalier renouvelé, dynamique, en lien étroit, sans exclusive, avec les autres acteurs de santé, libéraux, réseaux, cliniques commerciales, dans le souci d'une mobilisation de moyens comptés au service de la population.




MAPS: (29)#

Partager :
Facebook