Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Progression importante des infections à gonocoques en France - Medecine / Foxoo
Local-events / Vos évènements relayés sur Twitter GUIDE   SUIVRE
Ma ville   Mes évènements   Annoncer un évènement
Source : #17873 Publié le 01/07/11 | Vues : 45

Progression importante des infections à gonocoques en France / Medecine


Progression importante des infections à gonocoques en France : données des réseaux Rénago et RésIST au 31 décembre 2009 est une étude réalisée par Emilie Nguyen, Alice Bouyssou, François Lassau, Betty Basselier, Patrice Sednaoui, Anne Gallay ; et les partenaires des réseaux Rénago et RésIST, publiée dans le BEH n°26-27-28 en juillet 2011.

L'infection à gonocoques est une infection sexuellement transmissible (IST) causée par la bactérie Neisseria gonorrhoeae (Ng). L'infection non traitée peut être à l'origine de complications graves et favoriser la contamination par d'autres IST. La courte période d'incubation et la symptomatologie bruyante des urétrites gonococciques chez l'homme en font un indicateur épidémiologique très réactif quant à l'évolution des comportements sexuels et de leurs éventuelles dégradations. Les infections à gonocoques, comme d'autres IST, ont bénéficié des mesures de prévention vis-à-vis du risque VIH, ceci se traduisant par une diminution de leur incidence jusqu'au milieu des années 1990. La surveillance des gonococcies a ensuite montré une augmentation de l'incidence en France, ainsi que dans d'autres pays européens, indiquant un relâchement des comportements de prévention.

Au début de l'année 2000, plusieurs pays dans le monde ont signalé une résistance à la ciprofloxacine, qui était le traitement de première intention des urétrites et cervicites non compliquées. En France, la résistance à la ciprofloxacine est passée de 6,8% en 2001 à 31,6% en 2005. Ainsi, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) préconisait en 2005 de ne plus utiliser la ciprofloxacine en première intention, et recommandait un traitement par une céphalosporine de 3ème génération en première intention.

Téléchargez le dossier complet sur le Bulletin épidémiologique hebdomadaire n° 26-27-28, juillet 2011


En savoir plus
Partager :
Facebook